La Stimulation ovarienne

Stimulation ovarienne – Déclenchement de l’ovulatio

Qu est-ce que la stimulation ovarienne?

Dans les cas des femmes qui n’ovulent pas régulièrement ou ovulent régulièrement mais présentent une infécondité inexplicable, l’ovulation est déclenchée par l’administration de médicaments appelées gonadotrophines (FSH – hormone folliculaire stimulante/LH – hormone lutéinisante) afin de stimuler les ovaires à produire plusieurs ovocytes matures capables d’être fécondés, en augmentant ainsi les chances de grossesse par cycle.

 

Description Brève de la Procédure

Il y a deux protocoles applicables selon le cas, l’âge de la femme et la réponse de son organisme et de ses ovaires et le nombre et les résultats des tentatives précédentes.

1) Le protocole long (un mois environ)

2) Le protocole court (10-15 jours au total)

Pour déclencher une ovulation multiple on applique un traitement  pharmaceutique par l’administration d’hormones, adaptées selon chaque cas particulier. Les médicaments qui sont utilisés le plus souvent sont Clomiphene Citrate, gonadotrophines (FSH et LH) Gonal F, Puregon, Pregyl, sous forme d’ injections sous-cutanées ou intra- musculaires.

La patiente est soumise à un monitorage échographique et à des dosages d’œstradiol tandis qu’on informe le mari/conjoint, dès le commencement du traitement aux injections quand le traitement avec l’antibiotique Vibramycin va commencer.

En fonction du taux d’œstradiol et de l’image des ovaires, on informe  la patiente quand elle doit retourner à l’unité (d’ habitude après 2 ou 3 jours).

On répète la même procédure deux ou trois fois.

Au cours de ce monitorage les follicules se développent à un rythme  stable, leur diamètre augmentant progressivement en même temps que le taux d’œstradiol.

Quand il est estimé que les follicules ont atteint un diamètre supérieur à 17 mm et le taux d’œstradiol a atteint des niveaux satisfaisants

dépendant du nombre des follicules (150-200pg /ml pour chaque follicule), on passe à la dernière étape du traitement hormonal  avec l’administration d’une injection par voie intramusculaire.

L’ovulation est déclenchée par l’injection de l’hormone gonadotrophine chorionique humaine (hCG) imitant l’action de l’hormone lutéinisante (LH), qui contrôle la libération des ovules par les ovaires chez la femme. Après cette dernière injection à minuit,  l’administration des autres médicaments est suspendue (analogues, gonadotrophines) et deux jours plus tard, la patiente se prépare pour le prélèvement des ovocytes.

Le prélèvement des ovocytes est effectué par voie transvaginale sous monitorage échographique et l’embryologiste les place dans un milieu de culture.

La fécondation in  vitro a lieu le même jour que le prélèvement des ovocytes et le nombre des ovocytes fécondés est annoncé le lendemain.

 

Effets secondaires possibles

Le syndrome d’ hyperstimulation ovarienne est un cas où la réponse des ovaires au traitement est supérieure à la réponse anticipée. Les ovaires sont pleins de kystes et l’abdomen se remplit de fluide ce qui produit un effet de malaise intense. Dans des cas graves, les ovaires sont gonflés, la patiente souffre de nausées, de vomissements, de douleurs au ventre et à l’estomac, de ventre gonflé, de malaise respiratoire, d’une augmentation du poids, d’élimination urinaire limitée, d’évanouissements. Cet effet secondaire nécessite l’hospitalisation immédiate avec interruption du traitement de FIV.

Les  hormones utilisées pour la stimulation ovarienne (gonadotrophines) sont  utilisées pendant plus de 30 ans et de grandes études épidémiologiques ont démontré que ni la mère ni les ovocytes n’encourent des risques.

Είσοδος Μελών



POSEZ-NOUS DES QUESTIONS SUR AMP

Le Dr. Elias Gatos répond à vos questions sur l’AMP