La maternité de substitution

La maternité de substitution (prêt d’utérus)

Qu’est-ce que la maternité de substitution ?

Il y a de nombreux couples dont la femme pour des raisons médicales ne peut pas porter un enfant. Ces couples ont la possibilité d’ ‘emprunter’ l’utérus d’une troisième femme (appelée mère porteuse) qui accepte, sans aucune condition préalable ou profit, de porter et accoucher de l’ovocyte fécondé du couple.

En termes médicaux, le terme ‘maternité de substitution’ ou ‘prêt d’ utérus’ signifie le cas où on transfère pour gestation dans l’utérus d’une troisième femme (mère porteuse)  un ovocyte fécondé qui lui est étranger. Cet ovocyte peut provenir :

  • du matériel génétique du couple sans enfants désirant d’en avoir ;
  • du sperme du mari ou partenaire de la femme désirant d’avoir un enfant et de l’ovocyte d’une autre femme ;
  • de l’ovocyte de la femme désirant d’avoir un enfant et du sperme d’un donneur
  • du matériel génétique de tiers

Dans tous les cas il est interdit à la mère porteuse d’être enceinte de son propre ovocyte fécondé. De cette façon, l’enfant n’appartient pas génétiquement à la mère de substitution, voire la femme qui accouche de lui et n’a aucun rapport à ses gènes.

La procédure de maternité de substitution est une pratique fondée sur l’altruisme pur, sans bénéfice personnel.

 

Cas d’application

La grossesse de substitution a lieu quand les couples disposent d’ovocytes et du sperme normaux mais la femme n’a pas d’utérus ou son utérus présente des anomalies rendant la gestation impossible pour des raisons médicales. Par ailleurs, si la femme a d’autres problèmes médicaux, par exemple, l’insuffisance rénale, les maladies cardiovasculaires, les désordres hormonaux, la prise permanente d’un traitement pharmaceutique lourd ou un risque élevé de fausse couche suite à des tentatives précédentes sans succès.

La mère porteuse future est soumise  à un bilan de santé ainsi qu’à une évaluation minutieuse de l’état de sa santé mentale.  Aussi l’état de santé du couple désirant d’avoir un enfant est vérifié. L’ovocyte de la femme désirant d’avoir un enfant st fécondé avec le sperme de son mari/conjoint en laboratoire embryologique pour être ensuite transféré dans l’utérus de la mère de substitution. Ainsi on pourrait dire qu’il ya d’ une part ‘la mère génétique’, celle qui offre son ovocyte qui est fécondé avec le sperme du mari/conjoint et d’autre part ‘ la mère naturelle’, celle qui porte l’embryon et donne naissance à l’enfant de la première.

Dans la plupart des cas la mère de substitution est membre de la famille ou amie du couple. La troisième femme assume la gestation de l’enfant sans contrepartie pécuniaire. Les frais suivants ne sont pas considérés comme contrepartie pécuniaire: a) le remboursement de frais de grossesse et d’accouchement b) le versement d’une indemnité correspondant aux salaires perdus par la mère porteuse durant la grossesse en vue de mener à terme la grossesse, la gestation, et l’accouchement.

Taux de Grossesse

La maternité de substitution a été autorisée dans les conditions prévues par l’article 1458 du Code Civil et par l’article huit de la loi 3089/2002 et est pratiquée en Grèce depuis 2005 année où la loi relative a été mise en vigueur par le Ministère de Santé grec. La Loi 3305 (Gazette Officielle no. 17 du 27.1.2005)  sur l’Assistance médicale à la procréation prévoit la façon selon laquelle cette méthode est appliquée en ce qui concerne le cadre dans lequel ces interventions auront lieu, les techniques utilisées, les normes auxquelles les centres d’assistance médicale à la procréation doivent être conformes etc.

La maternité de substitution est autorisée par une décision judiciaire accordée avant le transfert des gamètes sur requête de la femme commanditaire. Conformément aux conditions préalables pour obtenir ladite autorisation judiciaire, il doit être médicalement établi que la femme qui désire avoir un enfant ne peut assumer la gestation d’un enfant elle-même, tout en étant en âge de procréation naturelle tandis que la femme qui assume la gestation doit être, en ce qui concerne sa santé, capable de l’assumer. Un accord passé par écrit et sans contrepartie pécuniaire entre les personnes qui désirent avoir un enfant et la femme gestatrice doit être fourni  au tribunal compétent ainsi que le consentement du mari de la première quand il s’agit d’une femme mariée, par lequel ils déclarent en outre de leur accord pour le déroulement de cet acte, que les ovocytes fécondés qui seront implantés dans l’utérus de la mère porteuse ne sont pas les siens. Enfin, la femme souhaitant avoir un enfant (la femme commanditaire) et la gestatrice doivent être domiciliées en Grèce.

La maternité de substitution est une forme de Fécondation in Vitro dont les taux de grossesses varient entre 30, 60 et 70%, en fonction du problème et selon les cas.

Είσοδος Μελών



POSEZ-NOUS DES QUESTIONS SUR AMP

Le Dr. Elias Gatos répond à vos questions sur l’AMP